mardi 9 mai 2017

Petite soeur la mort - William Guy

Présentation de l'éditeur ( seuil) - Thriller
Traduction : Jean-paul Gratias

En 1982, David Binder, jeune auteur que son éditeur a convaincu d’écrire un roman de genre, s’installe avec sa femme – enceinte et réticente – et leur petite fille dans l’ancienne maison d’une famille de planteurs, à Beale Station, Tennessee. La demeure n’a pas bonne réputation : un fantôme cruel et facétieux en a tourmenté les occupants au début du XIXe siècle, persécutant plus particulièrement la jeune Virginia. Sur la propriété, la pierre tombale de Jacob Beale est éloquente : « 1785-1844. Torturé par un esprit. » Il semblerait que le fantôme ait été une dame, et qu’elle rôde encore dans les murs. Or David s’est laissé envoûter par le lieu… La vie quotidienne, et conjugale, des Binder va s’en ressentir, jusqu’au drame.

Le critique du Times a parfaitement résumé l’affaire : « Voici du gothique du Sud à son plus noir, imprégné d’atmosphère, étincelant d’éloquence, traversé d’éclairs d’un humour atroce.»
Né en octobre 1941 à Hohenwald, Tennessee, William Gay est mort le 23 février 2012 à Hohenwald, Tennessee. Dans l’intervalle, il a passé quatre ans dans la marine américaine, pendant la guerre du Vietnam, vécu quelque temps à New York, puis il est rentré au pays et a monté des cloisons de placo afin de nourrir sa famille. À la fin des années 1990, il a vendu ses premières nouvelles à des revues littéraires et a aussitôt été adoubé par ses pairs : Cormac McCarthy, Ron Rash, Barry Hannah, Tom Franklin et Donald Ray Pollock.

Merci à Babelio et au seuil pour m'avoir fait découvrir un roman de sa nouvelle collection  : le cadre noir.

 

Un bien étrange roman qui m’a happé dès les premières pages, l’histoire fait appel à de vieux fantômes qui sévissent dans un endroit tout à fait particulier, mais assez propice à ce genre d'évènements, imaginez une ferme perdue et abandonnée dans le fin fond du Tennessee, des écarts de températures important, on brule l'été et on gèle l'hiver, une végétation sèche avec quelques îlots de verdure où les crotales et les vipères pullulent ... et des grands chiens noirs qui apparaissent au détour des chemins pour disparaitre l'instant suivant... Bref de quoi vous faire frissonner !

Mais revenons au début de l'histoire ...


David Binder, jeune écrivain, se voit obligé d'écrire un roman « alimentaire » pour flirter avec le top des ventes, le roman Noir semble être dans l’air du temps ; David trouve enfin une idée en exploitant le filon de la maison maléfique, il se persuade qu' habiter une vieille demeure au passé mouvementé, lui fera venir l’inspiration et l'aidera à écrire plus vite ... prétexte un peu tiré par les cheveux pour sa famille, mais c'est aussi l'occasion de tenter un nouveau départ, d'autant que Binder va être papa pour la deuxième fois. Malgré les mises en garde de quelques personnes qui pensent le coin vraiment hanté, il décide quand même de louer cette vieille ferme abandonnée au passé sombre et violent.  L'écriture est longue à venir et finalement, l'écrivain va passer plus de temps à chercher des récits et des témoignages sur les occupants précédents. On va donc remonter à trois époques et sur plusieurs générations, en 1785, 1930 et en 1980, ces trois périodes se dévoilent sous forme de récits anecdotiques et vont éclairer le lecteur sur l'évolution de la malédiction subit par la famille Bell et Swan.


On comprend tout de suite que le personnage principal est cette demeure et ses alentours, ils dégagent des ondes malsaines et provoquent de véritables malaises. Notre jeune auteur est de plus en plus décontenancé par les lieux, en cherchant à en apprendre davantage, il dérive peu à peu dans un état dépressif, à la fois avec une certaine nonchalance et une violence cachée, ses proches s'inquiètent…
On ne peut s’empêcher de penser à Shining de Stanley Kubrick, le suspens et la peur sont là grâce à un cocktail de figures fantomatiques et d'apparitions animales. Et même si certains doutent de la véracité des événements, le surnaturel a sa place et les mécanismes d'écriture bien rôdés de l'auteur (du vrai) nous tiennent en haleine..


La densité de ce court roman revient surtout à l’atmosphère qui s’en dégage, elle est pesante et s’intensifie tout au long du roman. Le style est simple, on notera d’ailleurs que Mr Gay a souhaité que les dialogues soient sans aucune ponctuation et fassent partie intégrante de la prose. Cela ne facilite pas toujours la lecture, mais apporte une originalité au texte. Son choix est expliqué dans un avant propos intéressant, vous trouverez aussi une préface de l’écrivain Tom Franklin qui nous éclaire et nous donne quelques clefs pour la lecture de ce roman. Il nous prépare l'ambiance.


Une ambiance franchement bien rendue par un tas d’apparitions fantomatiques, mais le thème reste somme toute assez banal et le sujet éculé, en effet, la possession ou les histoires d'esprits vengeurs dans une maison hantée, nous ramènent à bon nombre d’histoires déjà lues et vues, il est bien traité ici, mais le petit bémol est que nous restions avec beaucoup d'interrogations, il nous manque des précisions sur ce qui déchaînent encore ces fameux esprits, et leur persistance a revenir perturber les nouveaux propriétaires, on reste trop dans l’observation, sans vraiment comprendre ce qu'ils attendent, enfin je dois bien reconnaitre que ça donne aussi un côté très crédible à l'histoire.

Je vous invite donc à vous faire votre opinion en découvrant ce petit coin de l'enfer où les forces en présence se moquent bien de nos frayeurs, et nous plongent, pour peu qu'on s'intéresse à leurs histoires, dans un perpétuel cauchemar  !

10 commentaires:

  1. Réponses
    1. Je sens que tu aimes les bouquins qui font frissonner. C'est le cas, mais je regrette un peu le flou dans lequel on reste après la lecture..

      Supprimer
  2. Réponses
    1. Il est pour toi quand tu viendras ! ;)

      Supprimer
    2. On l'a reçu en numérique à la médiathèque j'ai pas pu résister ! On pourra échanger nos avis de vive voix et j'adore ça <3

      Supprimer
    3. Pas de soucis ma June ! on en discutera ! bonne lecture ! ;)

      Supprimer
  3. Même si le sujet semble éculé, je suis loin d'en avoir fait le tour... Et ça tombe bien car je suis bon public face à ce genre d'histoires, je l'avoue elles m'attirent irrésistiblement ;-) Merci pour la trouvaille ma Lili !!! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'était aussi une découverte pour moi ! J'aime assez aussi ce genre d'histoire ! entre fantômes et suspens ! Finalement j'aime bien frissonner ! ;)

      Supprimer
  4. Une histoire qui a l'air très intéressante! C'est super sympa quand on à l'occasion de lire une bonne préface, le genre qui permet d'entrer plus facilement dans la lecture. En tout cas, je ne sais pas si je le lirai un jour mais ton avis m'a rendu curieuse.
    Autant je ne suis pas spécialement fan de la couverture, autant j'adore le titre. En tout cas, merci pour la découverte!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De rien ! Ce livre est un partenariat, cela permet de tester des auteurs et des genres...c est une expérience intéressante.
      Merci de ta visite

      Supprimer

Merci pour vos commentaires ...