dimanche 18 juin 2017

Bretagne au menu de petites vacances !

Direction PAIMPOL et PERROS GUIREC ,  la côte de Granit rose pour quelques jours.

Blog en pause ...


 

Port d'âmes - Lionel Davoust

Présentation de l'éditeur (Folio) - Fantasy

Rhuys ap Kaledán est un héritier déchu.
Tout juste libéré de la servitude et des galères, il rejoint la cité franche d’Aniagrad, où tout se vend et tout s’achète, pour reconquérir l’honneur de sa famille. L’occasion lui en est rapidement donnée : Edelcar Menziel, un ancien ami de son père, lui propose de travailler sur la conversion dranique, un procédé perdu depuis des siècles qui permettrait de réaliser des machines magiques. Résolu à tracer son chemin dans la haute société de la ville, le jeune homme s’investit de tout son cœur dans le projet.

Mais bientôt, coincé entre des intrigues politiques et son amour pour une mystérieuse jeune femme qui vend des fragments de son âme pour survivre, Rhuys découvre que le passé recèle des secrets bien sombres et tortueux. Aux prises avec l’ambition, la duplicité et le mensonge, il devra se montrer plus rusé que ses ennemis s’il veut atteindre son but sans perdre son âme.


Merci à BOOK en STOCK et aux édition Folio

Et quel auteur ! Merci à mes copines de Book en stock qui ont organisées cette rencontre. Encore une qui marquera ma lecture.  En plus de découvrir un roman intéressant et intelligemment construit, l'auteur est vraiment sympathique et prend le temps de répondre avec gentillesse et sincérité aux nombreuses questions suscités par les univers qu'il a créés. Je vous conseille donc d'aller y jeter un oeil !

L'univers est un point fort dans ce roman, il est assez différent de ce que je lis habituellement et son originalité tient dans un savant mélange de magie, de croyances anciennes et de technologie moderne, ce qui donnent une note de réalisme assez surprenante. D'ailleurs parfois, j'avais l'impression d'être dans un roman d'espionnage de nos jours ! 
Ne connaissant pas encore Evanégyre et ses multiples facettes, j'ai eu un peu de mal, au début, à me situer dans l'espace-temps, et j'ai bien senti qu'il me manquait quelques bases pour appréhender certains aspects, ce que je devrais combler en m'attaquant aux ouvrages antérieurs ... En tous les cas, cela ne m'a pas empêché d'apprécier l'histoire de ce Rhuys ap Kaledan ! 

Un personnage à double tranchant, je m'y suis attachée car il incarne un bel idéalisme et une intégrité remarquable, il faut dire que son histoire est pittoresque, après en avoir bavé 8 ans en exil pour payer une dette de famille, il est de retour pour se venger, et justement ce côté baroudeur et frondeur ne colle pas toujours avec la naïveté dont il fait preuve parfois, et qui peut énerver, on aimerait le secouer et lui rappeler que les intérêts des uns ne font pas toujours bon ménage avec ceux de la collectivité, et tout le monde n'a pas, hélas, son sens du devoir et de l'honneur. Le charme de la vendeuse est tout aussi attractif, et son art, tout aussi original, l'idée de transférer des morceaux de souvenirs à d'autres et de les perdre ainsi à jamais, a quelque chose de mélancolique et de poétique. La relation qui les unit tous deux est donc singulière, le partage est total et au prix de certaines souffrances. Elle nous emmène vers une fin cohérente, triste mais attendue.

L'histoire est plutôt simple dans ses rouages, mais se complexifie au fur et à mesure de la lecture, car si le récit mélange habilement la vengeance du héros, l'amour naissant avec une femme vendeuse de rêves, et la lutte contre un ennemi qui veut déclencher une véritable révolution industrielle, elle est saccadée aussi de considérations psychologiques qui font diversion, parfois un peu longuement sur le sort des uns et des autres, cela au risque de nous perdre un peu et de ralentir l'action, mais c'est aussi une qualité du récit que de chercher à expliquer les états d'esprit de chacun et de les voir se pousser eux-même dans leur retranchement. Il faut déguster...

L'aventure dans laquelle va se retrouver Rhuys va permettre à son auteur de nous faire réfléchir sur des sujets très actuels, et d'y réfléchir lui-même, tout à tour on abordera des points tels que l'absorption de drogues, les complots politiques dans la cité tentaculaire d'Aniagrad, les guerres de gangs et de pouvoir, l' exploitation de produits dangereux, bref des propos qui peuvent nous toucher, c'est un récit très moderne, que je classerai plutôt en SF qu'en fantasy d'ailleurs !


En résumé et pour faire simple : Une très bonne lecture dans un vaste univers qu'il faudra que je découvre avec la volonté du dragon et la route de la conquête en premier lieu ! Une qualité d'écriture indéniable, précise et sophistiquée, et puis, je n'en ai pas fini avec ce monsieur puisque j'ai, dans ma pile à lire, son thriller en 3 tomes : Leviathan qui sera sans doute une de mes prochaines lectures.




 

mardi 13 juin 2017

Les enchantements d'Ambremer - Pierre Pevel Tome 1 du Paris des Merveilles

Présentation de l'éditeur ( fantasy) - Folio

Paris, 1909. La tour Eiffel est en bois blanc, les sirènes se baignent dans la Seine, des farfadets se promènent dans le bois de Vincennes... et une ligne de métro relie la ville à l'OutreMonde, le pays des fées, et à sa capitale Ambremer. Louis Denizart Hippolyte Griffont est mage du Cercle Cyan, un club de gentlemen-magiciens. Chargé d'enquêter sur un trafic d'objets enchantés, il se retrouve impliqué dans une série de meurtres. L'affaire est épineuse et Griffont doit affronter bien des dangers: un puissant sorcier, d'immortelles gargouilles et, par-dessus tout, l'association forcée avec Isabel de Saint-Gil, une fée renégate que le mage ne connaît que trop bien...





Je dois dire que cette facette de Pierre Pevel est surprenante, surtout lorsqu’on a lu avant "les lames du cardinal",  "la trilogie Wielstadt" ou encore "Haut-Royaume" qui est un de mes plus GROS coup de coeur en fantasy. 

Ce « Paris des Merveilles » est un petit bonbon sucré, on dirait presque que l’auteur s’est octroyé une petite récréation en nous invitant dans un univers très précis, chiadé, à l'image de ses autres récits, mais avec une légèreté et une ambiance plus détendue ! S'il brille dans ces récits par une vision très cinématographique, ici, je dirai sans hésiter que j'ai eu l'impression de lire une BD steampunk ! J'ai beaucoup pensé à ASPIC ! pour ceux et celles qui connaissent !  Et comme on croise les frères Mélies, on pourrait tout aussi bien y rencontrer Gaston Leroux ou encore Jules Vernes. 

Sa plume est toujours aussi efficace ! Le souci du détail et des mises en scènes permettent de visualiser très rapidement les actions, sans pour autant nous noyer sous de nombreuses descriptions ! c’est la magie de son style percutant et poétique à la fois ! J’ai aussi beaucoup aimé sa façon de nous prendre à témoins sous l'entremise de son héros et de nous investir ainsi dans notre rôle de spectateur !

L'univers imaginé par Pevel est coloré et distrayant, Paris revisité de cette manière apporte une fraicheur et dépoussière un peu la ville. Cette fantasy plutôt destinée à la jeunesse, convient aussi pour les grands enfants que nous sommes restés.  L'intrigue est assez légère, mais les dialogues, les différentes créatures rencontrées et l’action, apportent le rythme nécessaire pour avancer avec plaisir. Pour en connaitre plus sur ces péripéties, il faudra vous poser et entreprend cette lecture, je ne dirai rien mais sachez que tous les ingrédients d‘un bon policier y sont : meurtres, courses poursuites, guerre de cercles, bagarres … bref, aucun ennui !
J’aurai juste une envie de vous parler de l’Outremonde, et des passages qui existent avec notre réalité. On survole l’organisation politique et sociale de ce monde magique mais ce n’est pas bien grave car sa mythologie nous intéresse beaucoup plus ! L’auteur qui fait remonter cette cohabitation très loin dans le temps, nous donnent des éclaircissements et des repères tout au long du roman ! Les passages pour s’y rendre sont nombreux, et certaines lignes de métro peuvent  même y conduire ! ( un petit quelque chose a la Harry Potter ! ) Comme tout cela titille bien notre imaginaire !
 

Le couple formé par le mage Louis Denizart Hippolyte Griffont, et la fée bannie d’Ambremer, Isabel de Saint-Gil, offre aussi beaucoup de divertissement, mal assortis, ils vont pourtant très bien ensembles ! et le lecteur se régale de leurs discussions, souvent très tumultueuses,  des répliques qui font mouche et nous font sourire, petit clin d’oeil à Azincourt, le chat ailé qui n’a pas son cerveau, ni sa langue dans sa poche !

Un bilan plus que positif ! Comme on reste assez sur sa faim à la fin de ce premier tome, il en résulte que les deux autres vont suivre très rapidement, car j’ai hâte d’en savoir plus sur l’Outremonde,  hâte aussi de repartir sur les traces de ce couple attachant dans un monde plein de jolies trouvailles et qui par sa douce magie,  nous fait rêver !
 




13- Le Pouce de l'Ingénieur : lire un livre du genre « Steampunk »

lundi 12 juin 2017

En ce moment chez la Licorne ... # 4


   

Si vous êtes fan comme moi des Peaky blinders, n'hésitez pas ... le 3ème saison passe actuellement à la télé sur Arte !  Un régal de 6 épisodes ( seulement !) . La bande son est tout bonnement géniale avec un son plus rock, et suit le rythme effréné de la vie assez tumulteuse et sulfureuse du clan Shelby, un gang de malfrats sévissant dans l'Irlande des années 20, et leur leader Tommy, charismatique, voit sa carrière évoluée et s'étendre en Angleterre, et on parle aussi de l'Amérique ...

Une série chiadée ou la lutte des classes est un thème récurrent. Ces aspects identitaires et sociaux sont développés avec intelligence et finesse. Ce qui n'empêche pas la série de comporter son lot de romance et d'action.
On notera la qualité de la réalisation, des images esthétiques et une tension toujours palpable qui peut mettre mal à l'aise avec certaines scènes assez dures ! Mais cette fiction reste raffinée, et  nous montre  tous les côtés de la mise en place du pouvoir ! A découvrir !



• Balade dans les livres .... Des titres prometteurs vus dans les rayons de librairies la semaine passée voilà ce qui me tente en ce moment et vous ? 
je rajouterai le diable de la tamise de Annelie Wendeberg que j'ai vu sur le blog de Belledenuit ! 




Je vais bientôt finir mon Jean d'Aillon, la lecture est très bonne mais j'avoue de ne pas y consacrer assez de temps, le week-end fut copieux en festivité, Mypianocanta et sa famille sont venus dans mon antre et ont pu apprécier le paysage balnéaire, trempage de pieds, balade sur la plage et dégustation de moules frites en soirée ! en prime, de bonnes crises de rires ! Avec tout ça, comment voulez vous que les lectures avancent !? 

Pour en revenir à ma lecture, je compte donc bien lui régler son compte cette semaine et partir en vacances la semaine prochaine avec un nouveau titre ! une fantasy peut-être ! A voir ! L'heure du plouf plouf va venir !




J'ai noté deux salons en Bretagne pour cet été, je sens bien que je vais aller jeter un oeil le 23 juillet du côté de  PAIMPONT ! du beau monde, Pierre Pevel, Lionel Davoust et Nathalie Dau ... A confirmer mais c'est ce que j'ai aperçu sur leur guide culturel ! Rien que ces 3 noms vont me suffire pour mettre les voiles vers le centre de l'imaginaire arthurien ! Et vous ?


Bonne semaine

vendredi 9 juin 2017

Paris au siècle des lumières - Arlette Farge


Présentation de l'éditeur ( Le Robert) - essais - histoires

Comment vivaient les Parisiens au XVIIIe siècle ? Comment se logeaient-ils, s'habillaient-ils, se nourrissaient-ils, se divertissaient-ils, loin des fastes de la vie de cour ? Et quel français, au juste, parlaient-ils ? Grâce à cette nouvelle façon d'écrire l'histoire, dans un style baigné des odeurs, des bruits et des couleurs de la vie populaire de l'époque, Arlette Farge nous transporte dans un Paris méconnu. Ici, une lavandière des bords de Seine frappe son linge avec un battoir, là un cabaretier propose une chopine de vin pour trois sols. Nous projetant dans notre réalité d'aujourd'hui, l'auteur décrit les lieux de sociabilité nés sur le pavé du XVIIIe siècle : les cafés, les restaurants, et raconte les émotions et les concepts qui ont façonné notre monde moderne : l'intimité, la séduction, l'opinion... Ce livre est une plongée vertigineuse dans le dédale des rues de la capitale, ses lieux de vie bruyants, encombrés et envahis par les animaux, entrecoupés de majestueuses promenades : le Palais-Royal, les Tuileries, les Champs-Élysées, où se croisent alors toutes les classes sociales. C'est un envers du décor, qui nous livre une vision intime et humaine du XVIIIe siècle, à l'ombre des Lumières.


Merci aux éditions LE ROBERT et à Babelio pour cette belle découverte ! 


Les livres d 'histoire ! ... cela ne fait pas toujours l'unanimité. On imagine aussitôt des livres à l'allure scolaires et rébarbatifs, mais avec ce genre de petit ouvrage, c'est fini, n'est-il pas mimi ? 
Ce recueil est déjà en soi, un très bel objet, j'ai pris la peine de faire quelques photos pour vous le montrer.  On trouve des pages avec un bon grain de papier, celui qui boit bien et qui donne de la densité au support, les couleurs sont parfois éclatantes,  parfois douces et s'accordent bien, un peu de fioritures, juste ce qu'il faut et des illustrations qui mettent en relief le ton de la page !  
A côté de la forme, le contenu est là ! il est passionnant ! et l'ensemble se lit très vite. 

L'auteure, historienne de renom a su allier avec simplicité son travail de recherche et des sujets qui passionnent. Le fait de puiser dans les archives de la police municipale de l'époque est une excellente idée, par ce biais, elle nous rapprochent du "petit" peuple et de ses préoccupations du moment. Quant on va sciemment déposer une plainte, ce n'est jamais par plaisir, elle donne donc aussi à voir plutôt le côté glauque et dure de la vie quotidienne dans les quartiers de Paris. On voit déjà se dessiner les types de quartiers et le genre d'individus qui y réside, les quartiers populaires se dessinent plus vite par la masse de gens qui s'agglutinent, venant de province, ils cherchent tous le travail qui leur permettra de vivre, voire de survivre pour certains.

Les chapitres sont regroupés en 4 parties - Paris comme décor, le quotidien des parisiens, la vie en société et, parler et se parler. On y trouve pleins de sujets intéressants, comme se loger à Paris, qui reste toujours d'actualité et n'est pas non plus une sinécure à l'époque, travailler ou encore se soigner, on apprend ainsi que les trois hôpitaux parisiens Bicêtre, la Salpètrière et l'Hôtel-Dieu existent toujours et heureusement pour nous ont bien évolués car à l'époque ils ressemblaient plutôt à des mouroirs et des lieux de contamination parfait si l'on en croit les témoignages de l'époque !
Nous découvrons aussi l'art de la toilette, les lieux de promenades, comment converser, se réunir ou encore jouer ! mais je vous laisse découvrir ces aspects grâce à des anecdotes parfois sacrément croustillantes et toujours vraies puisque tirées des journaux de bord de la police.
Il faut aussi noter que cet ouvrage survole rapidement les sujets, nous n'entrons pas dans le détail et seuls quelques angles sont abordés. Pour peu qu'on s'intéresse à l'histoire en général, il n'y aura pas de grosses surprises car nous avons tous déjà une idée assez précise de ce que pouvait être la vie dans une grande ville à ces époques. Ce n'était guère reluisant ! Je vous assure.
Même si l'ambiance peut faire rêver, la vie quotidienne ne devait pas être de tout repos, et l'hygiène exécrable devrait contribuer à rendre notre magnifique capitale actuelle,  pire qu'un bouge infâme ! A découvrir !

lundi 5 juin 2017

En ce moment chez la Licorne ... # 3


Bilan de la semaine passée et les nouveautés ...


 Pirates des Caraibes 5, la vengeance de Salazar ...Encore un très bon film d'aventures !

Dans ce cinquième volet, les temps sont toujours aussi durs pour le Capitaine Jack Sparrow, et ça commence plutôt mal pour lui, sans le sou et toujours sans son bateau, le " Backpearl" coincé au fond d'une bouteille, il manigance des larcins sans envergure. D'un autre côté, nous découvrons l'existence de redoutables pirates fantômes, menés par son vieil ennemi, le terrifiant Capitaine Salazar, ils s'échappent du Triangle des Bermudes pour massacrer tous les flibustiers écumant les flots. Le seul moyen pour mettre un terme à cette nouvelle malédiction et sauvé le Capitaine Jack de cette vengeance, est de retrouver le légendaire Trident de Poséidon, qui donne à celui qui le détient tout pouvoir sur les mers et les océans. Le scénario n'est donc pas crédible un seul instant et franchement si on commence a se poser des questions, autant rester chez soi. j'ai donc laissé mon cerveau bouillonnant à la porte du ciné et je me suis régalée des bons mots et des situations cocasses menées par un Sparrow très en forme, il est au top ! et ce rôle lui va comme un gant, un anti héros au charme certain qui se sort comme par miracle de tous les pièges tendus souvent par le plus grand des hasards ! Je recommande donc ce film aux amateurs de décors grandioses et de scènes d'actions intenses, beaucoup d'effets spéciaux fabuleux... Bref une dernière chose, resté bien dans votre fauteuil jusqu'à la toute fin du générique ... une petite surprise vous attend... 


Vu également en DVD cette semaine, un film étonnant que j'ai adoré, bouleversant et drôle à la fois, Aragorn est devenu un écolo-humaniste, et ca lui va plutôt bien  ...

C'est la belle et tendre histoire de Ben et de ses six enfants. Un papa hippie qui leur apprend la survie, la chasse, la pêche dans une forêt isolée à l'écart du monde. Et puis un jour, la mort de la mère pousse la tribu à gagner la ville et ses tentations. Une fable écolo-humaniste entièrement portée par Viggo Mortensen, écrivain, poète, acteur caméléon qui passe des blockbusters aux films indépendants. En papa barbu et maladroit, il est tout simplement bouleversant. C est un voyage utopique mais qui ne manque pas de soulever des questions ...





• Je viens de finir "Port d'âmes" de Lionel Davoust, une fantasy qui a un modernisme étonnant, je vais essayer d'expliquer ça dans ma future chronique, c'est aussi le mois de ce monsieur chez Book en Stock, si vous voulez en savoir plus et que vous connaissez l'auteur uniquement à travers vos lectures, c'est le moment de passer à l'action et de lui poser vos questions en " direct -live" quasiment ! c'est par ici

• J'ai fini également Paris au siècle des lumières d'Arlette Farge, qui apportent un éclairage superficiel mais intéressant sur la vie des parisiens au XVIIIe, bien documenté et rangé par thèmes, ce recueil d'anedoctes se lit très vite et facilement, je n'ai pas appris énormément de choses, mais le fait de s'appuyer sur des archives de la police de l'époque est une source intéressante, et confirme la vie plutôt glauque et noire à Paris ! Pour les lumières ... c'est certain, elles ne sont pas dans la rue ! 


•  Mon nouveau roman me conduit encore à Paris, mais au 15e siècle, et finalement, ma lecture précédente me permet de rentrer encore plus vite dans la vie des parisiens, car leurs vies quotidiennes ne semblent pas si différentes ...  Je retrouve un auteur que j'apprécie beaucoup et qui manie l'histoire comme un virtuose, nous donnant des récits toujours historiquement très détaillés avec LE souffle d'aventure qui suffit à vous emmener dans une autre époque, je suis sous le charme au bout de quelques pages ...

Synopsis : Le 21 mai 1420, la reine de France signait un traité par lequel le roi Charles VI reconnaissait son gendre Henri V d’Angleterre héritier de la couronne de France. Un an plus tard, l’eau d’une fontaine voisine de la porte Saint-Honoré devint rouge et le peuple resta convaincu qu’il s’agissait du signe précurseur de quelque désastre.
Au même moment, Edward Holmes, clerc et demi-frère du baron de Roos tué à la bataille de Baugé, est chassé de l’hôtel parisien de son seigneur. Ne pouvant rentrer en Angleterre, Holmes trouve logis chez maître Bonacieux, greffier au Châtelet et zélé partisan bourguignon, où il partage la chambre de Gower Watson, un archer blessé à la bataille d’Azincourt.

Dans un Paris où règnent la faim, le froid et la misère, Edward Holmes devra mettre à jour un terrible complot dans lequel les conjurés veulent entraîner son ami Gower Watson 
 

Balade à la Fnac, les deux derniers Agatha sont sortis ! Des titres prometteurs, mais j'ai été assez déçue des deux derniers, j'attendais un peu plus de consistance dans les enquêtes, les morts tombent un peu vite avec des motifs très discutables et trop tirés par les cheveux. Bien que cela n'enlève rien au caractère très attachant de notre héroïne, je vais sans doute passer mon chemin pour l'instant ! J'aime toujours autant ces couvertures au style naïf et très colorés





Bonne semaine à tous ... 

Balade sur le front de mer ce matin ...
Loin de moi, l'idée de vous faire bisquer ... ou alors, juste un petit peu ... ;)